Cliquez iciCliquez iciCliquez ici

Pavoifêtes, porte-drapeau du 37 à l’Elysée !

Ludovic Chaumier, directeur de Pavoifêtes

Pavoifêtes, entreprise de 120 ans d’existence, a été sélectionnée pour représenter le département du 37 à la grande exposition du fabriqué en France qui s’est tenue à l’Elysée les 3 et 4 juillet 2021. L’occasion pour son directeur, Ludovic Chaumier, et ses équipes de présenter leur fanion Fédération française de football.

Comment est-ce que Pavoifêtes, entreprise de 120 ans d’existence, en est venue à fabriquer les fanions officiels de l’équipe de France de football jusqu’à en devenir le fournisseur attitré des Bleus ? Nul ne le sait… Et son directeur, Ludovic Chaumier, compte bien garder le secret. Ce qui est sûr, toutefois, c’est que le travail de la société tourangelle est désormais reconnu au plus haut niveau de l’Etat. « Une grande fierté pour mes équipes parce qu’on se bat pour fabriquer du made in France et c’est reconnu par la présidence » indique Ludovic Chaumier.

Pavoifêtes, entre tradition et modernité.

Au départ filiale d’une société parisienne qui était dans les années 1930 une des trois plus grosses manufactures de drapeaux en France, Pavoifêtes s’est installée à Tours en 1936. Spécialisée à ses débuts dans la confection de drapeaux, l’entreprise a su se renouveler avec le temps et diversifier ses activités. Des stickers, des marquages, des badges, des signalétiques, elle développe désormais son savoir-faire dans tous les moyens de communication. Pour autant, la société tourangelle n’a jamais dévié de son credo : fabriquer made in France. C’est d’ailleurs ce qui a séduit Ludovic Chaumier, son directeur actuel. Responsable des ventes chez Citroën pendant 23 ans, ce dernier raconte avoir été touché par le savoir-faire de ces artisans et l’histoire de la vieille entreprise.  « Je ne savais pas qu’il existait encore des fabricants de pavoisement en France, je pensais que tout était fabriqué à l’étranger, ça m’a surpris, l’histoire, l’odeur, la sensation en entrant dans la société, il y avait une âme », indique-t-il. Conquis, il décide en 2016 de reprendre l’entreprise tourangelle. Et aujourd’hui, explique le chef d’entreprise, celle-ci a su faire place à la modernité, sans oublier cependant ses valeurs et ses traditions. « On profite de toute cette expérience, toute cette ancienneté, des machines ancestrales, mais aussi des machines numériques, des jeunes, on travaille avec des personnes tout juste diplômées. On joue sur le meilleur de deux époques, de deux manières de faire différentes ».

Crise sanitaire

Pour garder la tête hors de l’eau durant la crise sanitaire – chose ô combien difficile quand 50 % de vos activités se développent dans l’événementiel – Pavoifêtes et ses équipes ont dû se battre. Beaucoup. Et trouver de quoi compenser. Alors la société n’a pas chômé. Elle a su rebondir et tirer le meilleur parti de la situation. « Grâce à nos couturières et à leur farouche volonté, on s’est mis dès le mois de mars 2020 à fabriquer des masques en tissus. Et nous avons été reconnus par la direction générale des armées », se félicite Ludovic Chaumier. Dès la rentrée prochaine, ce dernier espère bien embaucher une nouvelle couturière et une commerciale pour répondre à des appels d’offres. Ses ambitions sont claires : obtenir sur tous les pavoisements la norme origine France garantie. Mais encore, précise-t-il : « notre but premier reste toujours de garder nos valeurs ».

 Par Johann Gautier

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur email
Envoyer à un ami
Partager sur linkedin
LinkedIn