Cliquez iciCliquez iciCliquez ici

Les entreprises s’engagent pour les quartiers prioritaires

PAQTE

Des ateliers sur l’inclusion, l’égalité, et encore la discrimination à l’embauche sont réalisés par le CREPI Touraine à destination des entreprises du territoire.

Depuis le lancement du PAQTE « avec les quartiers pour toutes les entreprises » en Indre-et-Loire, plus de 35 entreprises de la métropole tourangelle se sont engagées moralement pour plus d’inclusion. Le CREPI Touraine œuvre dans l’ombre pour favoriser les relations entre les habitants de quartiers et les entreprises.

L’Indre-et-Loire compte douze quartiers prioritaires, soit dix dans les communes de Tours Métropole-Val de Loire et deux à Amboise. Ces quartiers sont aussi appelés zones urbaines sensibles car des « publics fragiles », avec de faibles revenus voire pas d’emplois, y habitent. Plusieurs programmes de rénovation, d’aide sociale mais aussi de sécurité, avec l’arrivée, en 2020, d’une soixantaine de policiers en plus dans trois quartiers prioritaires de la métropole tourangelle, y sont mis en place. Un nouveau dispositif, le PAQTE « avec les quartiers pour toutes les entreprises » vient d’y être à son tour lancé par l’Etat. Ce pacte est un engagement pris par les entreprises et les services publics. Il s’articule autour de quatre axes : sensibiliser au monde de l’entreprise et aux différents secteurs d’activités dès les stages de 3e ; faciliter l’accès à l’apprentissage, de l’orientation à l’accompagnement des apprentis ; développer des méthodes inclusives de recrutement sans discrimination ; et enfin développer les achats responsables. En Indre-et-Loire, choisi par la préfecture, le Club régional d’entreprises partenaires de l’insertion (CREPI Touraine) est aux manettes pour déployer le dispositif dans chaque quartier. Il coordonne les compétences de chacun pour faciliter l’inclusion. A la fin du mois de février, soit un mois après le lancement du pacte, une trentaine d’entreprises de l’agglomération tourangelle et cinq collectivités ont signé une charte d’engagement moral en ce sens.

Faciliter les relations entre individus et entreprises

Concrètement, le PAQTE veut permettre aux populations des quartiers sensibles de trouver une formation, voire un emploi durable, ailleurs que dans son propre quartier. « L’idée première est bien de favoriser l’inclusion dans les entreprises du territoire, explique Sabine Sitter, directrice adjointe du CREPI Touraine. Pour ça, il faut d’abord bannir les a priori des patrons mais aussi ceux des publics des quartiers. » Au dernier trimestre 2019, les équipes du CREPI ont d’ailleurs dû relever un premier défi : traiter en urgence la problématique des stages de 3e dont certains débutaient en décembre. Sans prendre les jeunes par la main ni leur mâcher le travail, il s’agit là de mettre en lien une entreprise de son réseau et le collégien. « Si certaines entreprises ont du mal à accepter un stagiaire de 3e, les collégiens des quartiers s’empêchent, eux, de rêver, soulève Sabine Sitter. Ils restent dans leur quartier. Les aider à trouver un stage ailleurs leur permet aussi de s’ouvrir. » Pour cette première « édition », sept collèges de communes de Tours Métropole – Val de Loire ont participé ; 45 stages de 3e ont été trouvés et ont abouti. Si cette étape a rapidement eu des résultats, celle de la formation, notamment la formation en alternance, pourrait bien se prolonger dans le temps : les besoins des entreprises et les besoins des individus en quête de formation doivent d’abord être analysés. Mais surtout, encore une fois, le CREPI va devoir faire preuve de pédagogie à l’égard des entreprises notamment pour leur expliquer le coût réel de l’alternance, l’un des freins pour certaines. Comme pour favoriser les recrutements des personnes vivants dans les quartiers, le CREPI table sur plusieurs axes de découverte, à la fois pour les demandeurs d’emploi et pour les entreprises. Visites d’entreprises, découvertes d’un métier avec un salarié, simulations d’entretien d’embauche… La définition d’un projet professionnel prend du temps et demande surtout une certaine confiance en soi et en ses capacités. « Ces dispositifs sont mis en place dans le cadre du PAQTE dans les entreprises signataires, précise Sabine Sitter. Ils facilitent la relation pour que, potentiellement, une offre d’emploi aboutisse. » Car avant toute embauche, ils doivent surtout abolir les préjugés envers les habitants, jeunes et moins jeunes, des quartiers afin de les soutenir dans leurs projets.

Claire Seznec 

En Chiffres :

Entre septembre et décembre 2019, le CREPI Touraine a mis en place des dispositifs liés au PAQTE :
  • 34 visites d’entreprises ont été réalisées dans des établissements de la métropole tourangelle
  • 20 simulations d’entretien ont été faites 
  • 37 « solutions emploi », c’est-à-dire des formations ou des embauches, ont été trouvées
  • 3 personnes ont découvert un métier dans une entreprise du territoire
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur email
Envoyer à un ami
Partager sur linkedin
LinkedIn