Cliquez iciCliquez iciCliquez ici

Les caves coopératives soignent leur image

VITI ET SALARIES VENDANGES OCTOBRE 2018

Exemple à Montlouis, nom prestigieux autour duquel une vingtaine de vignerons se sont regroupés en coopérative indépendante, sur les quarante que compte l’appellation.

 Sur les coteaux qui dominent le fleuve royal, appuyés sur la roche blanche, l’on produit des vins rouges de Touraine, mais aussi les Montlouis blancs en méthode traditionnelle, des blancs secs ou tendres, liquoreux, moelleux ; la diversité est grande.

Près d’un million de bouteilles chaque année, quand la météo ne s’en mêle pas.

L’appellation Montlouis a ses têtes d’affiches que l’on trouve sur les tables étoilées. Mais Montlouis a aussi ses indépendants et bien sûr sa coopérative. Un établissement qui revendique l’amour du travail bien fait qui, fleure bon la solidarité vigneronne, mais qui a du mal à gommer l’image pourtant ancienne des coopératives. « La réputation est encore péjorative, regrette Emeline Hascoët, directrice de la Cave des Producteurs de vin de Montlouis. A tort, s’empresse-t-elle aussitôt, car elle est héritée de mauvaises pratiques anciennes, observées dans d’autres contrées ». Difficile donc aujourd’hui de faire comprendre qu’un bon rapport qualité/prix est aussi possible avec un nom de prestige. Impossible à l’inverse de faire la culbute au prétexte que le nom est beau. Entre les deux, la cave s’est raisonnablement positionnée. Et grand bien lui fait, puisqu’elle fêtera ses soixante ans l’an prochain, avec ses clients fidèles. Ce qui prouve que la qualité n’attend pas la réputation. 50% de la production est vendue en GMS, 35% en vente directe et par correspondance grâce au site internet récemment refait. Un canal de distribution qui s’est avéré salvateur cette année dans les conditions sanitaires que l’on connait. « On a même offert les frais de port durant cette période », ajoute Emeline. Les 15% restant sont confiés aux cavistes, nombreux dans le nord de la France, participant ainsi à la notoriété de Montlouis, notamment en Belgique.

« La cave est ouverte toute l’année et chaque jour de la semaine, précise Emeline, grâce à l’aide des vignerons qui sont présents les dimanches et jours fériés ». A sa mesure, la coopérative joue le rôle important de locomotive de l’appellation, grâce sans doute à son esprit de famille.

Par Stéphane de Laage

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur email
Envoyer à un ami
Partager sur linkedin
LinkedIn