Le chausseur Bobbies prend pied à Marigny-les-Usages

La construction de la plateforme logistique débutera en février

La jeune entreprise de création de chaussures de mode Bobbies a choisi la zone industrielle d’Orléans Charbonnière pour y construire sa plateforme logistique. En pleine croissance, Bobbies vend 200 000 paires de chaussures par an.

« Ça sera beaucoup plus grand que la chambre de bonne dans laquelle je stockais nos premiers cartons de chaussures ». Non sans humour, Antoine Bolze met en perspective le modeste local des débuts de Bobbies et le futur entrepôt de 4 500 mètres carrés que la marque va construire à Marigny-les-Usages (Loiret). Il évoque ainsi les débuts de son aventure entrepreneuriale avec son associé Alexis Maugey. L’époque héroïque où les deux étudiants parisiens en école de commerce, amis d’enfance, lancèrent leur projet de création d’une marque de mocassins à picots pour moins de 100 euros. « Dès le départ, on avait pris l’option de la qualité avec des peausseries italiennes et une fabrication artisanale au Portugal, rappelle Antoine Bolze. Nous voulions dépoussiérer ce produit un peu bourgeois en le rendant plus moderne et tendance. »

Un nom qui sonne bien

On était alors en 2010. Les deux complices lancent leur marque sous le nom de « Bobbies », parce que « ça sonne bien dans toutes les langues et que c’est facile à retenir ». Le concept évoluera ensuite en s’adaptant aux attentes de leur nouvelle clientèle dont ils suivent le comportement et les goûts sur les réseaux sociaux, leur principal canal de communication.

Cette évolution « au feeling » va les conduire à élargir leur gamme vers des boots, bottines et sneackers en ajoutant toujours une note originale dans un esprit à la fois chic et bohème. Le style Bobbies s’impose progressivement auprès d’une clientèle plutôt jeune, urbaine et …sans problèmes de fins de mois avec des modèles allant de 140 à plus de 200 euros.

Le haut de gamme accessible

« Nous nous positionnons clairement sur le haut de gamme avec une exigence de qualité très poussée mais en restant à des tarifs accessibles pour ce niveau de prestation », analyse Antoine Bolze. Les cuirs proviennent d’Italie et la fabrication est confiée à une dizaine d’ateliers artisanaux portugais dont Bobbies est souvent le principal client. Une structure dédiée, Bobbies Portugal, pour laquelle travaillent dix personnes, se charge du contrôle qualité, de l’approvisionnement et de la logistique sur place.

70% de clientes

L’autre évolution importante de la jeune marque aura été la féminisation rapide de sa clientèle. D’abord exclusivement masculins, les souliers Bobbies ont proposé des modèles féminins au bout d’un an et demi. Le succès a rapidement été au rendez-vous, notamment grâce à l’engouement des influenceuses pour lesquelles la marque sort régulièrement des collections « capsules », en petites quantités, pour tester de nouveaux modèles. « Aujourd’hui la ligne femme représente plus de 70% de nos ventes. Nous renouvelons à 80% nos modèles pour proposer près de 400 références différentes à chaque saison », précise Antoine Bolze.

Bobbies commercialise ses produits en ligne sur son site et par un réseau de 200 revendeurs dont 150 en France. La marque a aussi ouvert des boutiques à Paris et Lyon, en attendant Lille et Bordeaux, et des « corners » dans les grands magasins parisiens.

Employant aujourd’hui 90 personnes, Bobbies commercialise quelque 200 000 paires de chaussures par an et progresse de 20 à 30% chaque année. Une affaire qui marche !

Par Bruno Goupille

Alexis Maugey (assis) et Antoine Bolze, 35 ans chacun, ont créé Bobbies en 2010

Une plateforme logistique de 4 500 m2

Après avoir confié sa logistique à un prestataire pendant 9 ans, Bobbies a intégré cette activité en louant un entrepôt sur la zone industrielle d’Ingré-Saint-Jean de la Ruelle (Loiret) en 2019. Un choix dicté par la proximité de la région Parisienne et l’accès aux autoroutes. 10 personnes y travaillent.

Pour mieux faire face à leur développement, les dirigeants investissent 3,5 millions dans l’acquisition d’un terrain de 1,3 hectare et la construction d’un entrepôt sur l’extension de la zone d’activités d’Orléans-Charbonnière, à Marigny-les-Usages. D’une surface de 4 500 m2, le bâtiment HQE surmonté d’une plateforme photovoltaïque devrait commencer à sortir de terre en février. L’effectif de départ sera composé de 14 salariés et devrait augmenter à mesure que les expéditions, d’environ 400 colis actuellement, progresseront.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur email
Envoyer à un ami
Partager sur linkedin
LinkedIn