Cliquez iciCliquez iciCliquez ici

Jobpack Loir-et-Cher : Objectif séduction !

En juillet 2020, Karine Gourault créait l’agence d’attractivité puis la marque territoriale Be LC, sous laquelle elle rallie différents services dont un dispositif sur-mesure d’accompagnement pour les arrivants en Loir & Cher: l’outil Jobpack. Nous l’avons rencontrée au sujet de ce dernier.

Créer une agence d’attractivité et une marque en plein confinement, ce n’est pas ce qu’il y a de plus facile. Pour autant, il faut avancer !” avance d’emblée et avec détermination Karine, directrice de l’agence Be LC. La fondatrice de la start-up (créée à Orléans), Isabelle De Bussac, est venue la trouver au moment où l’idée d’une agence d’attractivité germait. Elle raconte : “j’ai été immédiatement séduite par le concept qui a l’avantage de porter sur deux volets : l’humain qui y est très développé d’une part et les dispositifs digitaux permettant de renforcer ce puissant dispositif d’accueil avec un outil connecté d’autre part. Bien que l’on ait regardé d’autres structures similaires, Jobpack nous permettait de faire du sur-mesure, en fonction du recruteur et de la région”.

Le principe est simple: être pro-actif au moment de la prise de décision de candidats susceptibles de s’installer en Loir & Cher via un pack d’accompagnement offert par le recruteur, puis les mettre en relation avec une communauté de welcomers via un outil numérique. Ainsi, l’offre se démarque des autres. Convaincue par un outil structuré et suffisamment souple pour évoluer, Karine a ajouté Jobpack à son éventail de services à la fin novembre l’an passé, à une période où peu de monde était disponible. Mais l’équipe ayant contacté les recruteurs publics et privés dès le début, elle a pu engager la mise en place de 10 commandes de packs avec accompagnement pour le début 2021. Parmi les recruteurs, on trouve entre autres l’Imprimerie ISF, la Chambre d’Agriculture, EMKA. “Et il y en a plein d’autres dans les tuyaux” d’après la directrice d’agence, preuve que le produit répond aux besoins. Karine est accompagnée au quotidien par trois personnes à temps plein dont une collaboratrice dédiée à 100% aux relations avec les recruteurs qui peuvent être autres que des entreprises : il y a aussi des associations, des collectivités territoriales, des DRH, la CIPAV, la médecine du travail… À ce sujet, l’offre va justement être développée à destination des professionnels de santé – cet axe prioritaire de développement sera sans doute un vrai coup de pouce pour cette région fortement impactée par la pénurie de médecins spécialistes et généralistes ! – et sera complétée par un Job CONJOINT, mis en place au printemps prochain, pour traiter la problématique d’emploi du conjoint qui suit le collaborateur.

 Développement local

Celle qui avoue un besoin “d’être dans le monde” afin de ne pas vieillir trop vite a une vision très claire de là où elle veut emmener son produit : “ce qui fonctionne, ce n’est pas la peine de le réinventer, concède-t-elle, pragmatique. On travaille à enrichir la marque employeur au niveau départemental en travaillant avec un certain nombre de partenaires – dont le Conseil Départemental – et via des campagnes de valorisation. Notre unique objectif est de séduire et pour cela, on n’a pas besoin d’être en rivalité les uns avec les autres, mais simplement d’être humble et de valoriser ses atouts, sans fausse promesse : certes, le Loir & Cher, c’est le centre du Centre et du pays, mais on y vit très bien !”. Dans un contexte encore plus compliqué du fait de la crise, être accompagné dans une étape professionnelle décisive rassure véritablement à la fois le recruteur et l’arrivant, du recrutement à la prise de poste.

 Un interlocuteur de choix

Le welcomer étant la première porte d’entrée du collaborateur qui arrive sur le département, sa mission est cruciale. Il peut, afin de conseiller le nouvel habitant dans son installation, lui faire part de sa propre expérience. Karine précise : “les welcomers sont des loir-et-chériens d’adoption qui sont tombés amoureux du coin. Sans doute qu’ils ont vu d’autres lieux, mais c’est là qu’ils ont choisi de poser leurs valises, car ils s’y sentent bien.” Grâce à la communication multicanale de l’agence (et à la publication du #fierduloiretcher destiné à interpeller), près d’une quarantaine de welcomers ont été sélectionnés dès la fin octobre. De différentes tranches d’âge, de typologie et sociologie variées, ils sont non seulement à l’image de ceux qu’ils accompagnent, mais ils permettent également de couvrir l’ensemble du territoire qui regroupe Mer, Contres, Vendôme, Blois…

Job, Job, qui est là ?

Parmi les nouveaux arrivants, on trouve majoritairement des jeunes de moins de 30 ans et des familles, d’où l’intérêt de proposer dès que cela sera possible des escapades et afterworks pour faciliter l’intégration. Le jeune public témoigne d’une volonté de reconnection avec la nature, une tendance à laquelle l’expérience du confinement n’est pas étrangère. Du reste, le bain de nature et la proximité avec la capitale font les atouts du département. “Nos messages n’auraient pas été les mêmes si on n’avait pas eu la Covid, on se décomplexe par rapport à ça” conclut Karine.

Tout en témoignant d’une volonté d’avancer main dans la main avec son cousin loirétain, Karine se fera une joie, via Be Lc, d’être ambassadrice du produit Jobpack sur d’autres territoires en France. Sur son département, l’objectif est de systématiser l’offre Jopack, c’est-à-dire qu’elle ne soit plus proposée à des cas exceptionnels mais courante. Tout le monde mérite d’éprouver la qualité d’un accueil exceptionnel en région !

Par Ambre Blanes

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur email
Envoyer à un ami
Partager sur linkedin
LinkedIn