Cliquez iciCliquez iciCliquez ici

Donner du sens à l’entreprise avec Les Ateliers Durables

ateliers durables

Alors que l’écologie s’enracine de plus en plus profondément dans les pratiques et les habitudes de chacun, elle pousse également la porte de l’entreprise, qui questionne sa manière de consommer et de produire, et y voit un lien avec le bien-être de ses employés. Rencontre avec Les Ateliers Durables, qui participent à cet élan.

L’entreprise en quête de sens

Redonner du sens au rôle de l’entreprise dans la société, tel est l’objectif affiché par Les Ateliers Durables. Fondé en 2013 par Benjamin Combes, ce collectif pluridisciplinaire propose aux entreprises des formations et des ateliers sur la santé, la qualité de vie au travail et le développement durable. Selon son fondateur, sa force réside précisément dans la diversité qui le compose : professionnels de santé (nutritionnistes, ostéopathes, naturopathes, etc), spécialistes du bien-être au travail (coachs, psychologues, etc.), ou encore passionnés d’écologie issus du milieu associatif s’y rassemblent autour de valeurs communes que sont le respect de la planète et l’envie de contribuer positivement à la société.

Pour accompagner les entreprises dans leur transition écologique et sociale, des formations à la qualité de vie au travail ainsi que des ateliers très différents sont proposés, allant de réinventer la pause café grâce à l’auto-massage à améliorer sa concentration et ses capacités d’attention, en passant par apprendre à produire et à consommer autrement. Un large scope qui traduit la porosité entre vies personnelle et professionnelle, puisque ces sujets font autant appel à l’écologie comme affaire individuelle qu’à l’écologie d’entreprise. « Aujourd’hui, les questions de développement durable et de bien-être se posent de manière globale, et les entreprises prennent conscience qu’elles ne pourront plus adresser certains sujets comme avant », justifie Benjamin Combes. Ne serait-ce que pour rester attractives au yeux des salariés, qui mettent de plus en plus le sens de ce qu’ils font au cœur de leur vie professionnelle.

Quels retours des collaborateurs ?

Peu importe le thème de la formation ou de l’atelier, les retours des collaborateurs sont généralement bons. Une version que confirme Mathilde Thieriot, responsable RSE du groupe d’assurance SMA qui a mis en place des actions de sensibilisation au bien-être au travail et au développement durable au sein de plusieurs de ses sites. Les collaborateurs de l’unité de gestion d’Orléans par exemple, ont été conviés à deux sessions de 45 minutes d’atelier autour de la Fresque du Climat, un jeu permettant de comprendre les causes et les conséquences du changement climatique, de la hausse des émissions de CO2 à la montée des eaux. Suivie d’un temps d’échange, cette activité ludique a beaucoup plu : « Je n’ai eu que des retours positifs au questionnaire de satisfaction, et certains collaborateurs ont même écrit que l’expérience était trop courte et à réitérer », affirme Mathilde Thieriot, confiant également que les collaborateurs du groupe sont souvent friands de ce genre d’intervention.

À propos de la Fresque du Climat, Benjamin Combes ajoute qu’en général, tout le monde apprend quelque chose, même les collaborateurs les plus renseignés sur le sujet. Pour le fondateur des Ateliers Durables, l’important est avant tout de créer le débat, de susciter des réactions et ainsi, de décomplexer la parole – en particulier sur le réchauffement climatique. « Il y a toujours des sceptiques, mais l’atelier fait partie des évènements susceptibles de faire évoluer leur manière de voir », justifie celui qui tient à ce que les interventions en entreprise comporte systématiquement un temps dédié au dialogue – en plus des temps dédiés à l’apport de contenu et à l’expérimentation. Même si le dispositif pédagogique peut provoquer de l’anxiété chez certains, l’important de pouvoir en parler… « de planter une petite graine ». Car l’entreprise a un vrai rôle à jouer en matière de société : toutes les entreprises vont devoir prendre en compte les enjeux climatiques à l’avenir.

Par Juliette Lécureuil

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur email
Envoyer à un ami
Partager sur linkedin
LinkedIn