Winter Mushroom : « insérer de la qualité dans le secteur publicitaire »

©Photo Winter Mushroom

Personnaliser la réclame qui apparaît à votre passage devant un panneau publicitaire, selon votre genre et votre âge, c’est le créneau de développement de Winter Mushroom, une start-up installée au Lab’O à Orléans.

Alors qu’il est en stage à San Francisco, chez Dailymotion, Grégoire Audibert fait le constat suivant : le système publicitaire qui consiste à proposer des contenus adaptés au profil de l’utilisateur n’existe que sur le net. « J’ai eu envie d’amener cette technologie publicitaire dans la « vraie vie ». » Grégroire, son frère Thomas et Arthur, un camarade d’école d’ingénieurs, lancent alors Winter Mushroom : une société qui met en place des écrans qui diffusent des contenus publicitaires adaptés au genre et à l’âge de leur audience. « Nous souhaitions pusher un message qui ait du sens. Insérer de la qualité dans le secteur publicitaire. »

Incubé au Lab’O, à Orléans, « plutôt qu’à Paris, noyé dans le bruit des start-up de la capitale », Winter Mushroom s’impose une contrainte forte : ne pas utiliser les données personnelles des gens. « Nous voulons être respectueux de la vie privée du public. Notre système se base uniquement sur l’apparence physique, genre et âge, sans aucun jugement de valeur. »

Personnaliser la publicité

Après deux ans de R&D, le système est au point : l’écran publicitaire détecte une personne de loin (à sept mètres) et l’algorithme détermine son genre et son âge. Le Paris Retail Week de 2019 marque le lancement de la phase commerciale. La crise sanitaire a freiné cette belle croissance : clients potentiels fermés ; cibles confinées et portant un masque, rendant la détection beaucoup plus délicate.

L’ambition de Winter Mushroom est aujourd’hui de collecter les données CRM des magasins, de les analyser pour déterminer quel profil de client achète quel type de produit. Par exemple, si les chiffres indiquent que ce sont principalement les hommes âgés de 16 à 25 ans qui achètent une certaine marque de soda, la publicité pour ce type de boisson ne s’affichera que pour des personnes de sexe masculin dans cette tranche d’âge. « À l’instant T, le système est capable de déterminer quel est le produit le plus pertinent à mettre en avant. Nous ne nous adressons pas de la même manière à une mère de famille de 40 ans ayant trois enfants et à un jeune homme célibataire de 18 ans, même pour une bouteille de soda. Ce n’est pas le même message à faire passer. »

Malgré un secteur publicitaire un peu atone actuellement, Winter Mushroom se développe en Europe : Belgique ; Espagne ; Pays-Bas ; Royaume-Uni. « En 2021, nous poursuivrons notre développement européen. Nous espérons signer plusieurs contrats d’importance. »

Et si la société Winter Mushroom grossissait aussi vite que le champignon dont elle porte le nom ?

par Estelle Cuiry

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur email
Envoyer à un ami
Partager sur linkedin
LinkedIn