Cliquez iciCliquez iciCliquez ici

Top départ pour les voitures électriques de Transition One

Transition-One-Juin-2020

Aymeric Libeau ( à gauche) et Benjamin Matras travaillent sur l’adaptation de nouveaux modèles de voitures dans leur atelier de Saran.

La startup orléanaise Transition One a reçu les homologations officielles pour convertir les voitures thermiques en véhicules électriques. 140 garagistes sont prêts à constituer un réseau national.

Une bonne nouvelle est tout de même arrivée pendant la période de confinement pour Aymeric Libeau, le fondateur de Transition One que nous avions présenté dans notre édition de mars dernier. C’est, en effet, le 3 avril qu’a été publié au Journal Officiel l’arrêté ministériel fixant le cadre d’homologation des voitures « rétrofitées », celles dont le propulseur thermique a été remplacé par un moteur électrique. Les barrières techniques et règlementaires sont donc levées et la route ouverte aux voitures transformées par Transition One. « Nous attendions cette autorisation depuis de longs mois, soupire Aymeric Libeau. La démarche était très complexe car il a fallu d’abord un accord de la Commission Européenne avant que les gouvernements nationaux puissent autoriser la conversion. Cette fois, nous y sommes et nous allons pouvoir passer progressivement en mode de développement », se réjouit-il.

D ’autres étapes seront néanmoins nécessaires avant le déploiement généralisée de la solution Transition One qui ne sera pas assuré directement par la startup orléanaise mais par un réseau de garagistes habilités. « 140 mécaniciens réparateurs autos se sont déjà inscrits sur notre site pour devenir nos partenaires et créer ainsi notre réseau d’installateurs agréés, annonce Aymeric Libeau. Les clients s’inscriront sur le site et nous les mettrons en relation avec le garagiste le plus proche pour la transformation. »

14 voitures au catalogue

Le catalogue des voitures « rétrofitables » par Transition One affiche déjà 14 modèles différents. De petites citadines pour la plupart, Twingo, Fiat 500, Citroën C1, Clio, Peugeot 107…etc ; mais aussi quelques utilitaires légers comme les Renault Kangoo, Citroën Berlingo, ou Peugeot Partner. Les citadines atteignent une vitesse de pointe de 110 km/h, avec une autonomie de 100 km, tandis que les utilitaires peuvent pousser l’accélération jusqu’à 130 avec 200 km d’autonomie.

Un autre chantier préalable est en cours de réalisation. Il s’agit de « scanner » les configurations d’implantation des moteurs de différents modèles de voitures de façon a codifier les processus de démontage de l’ancien moteur thermique et de montage de son remplaçant électrique. « On peut aussi anticiper sur des évolutions comme l’intégration d’une pile à combustible », imagine le fondateur de Transition One, jamais à court d’idées.

Avec Benjamin Matras, son « mecatronic leader », il s’emploie à équiper une Fiat 500 raccourcie de moitié afin de pouvoir être exposée plus facilement sur des salons.

« Les prochains étapes vont consister à établir le dossier technique d’homologation pour nos différents modèles avant de passer à la phase de déploiement à partir du début de l’année prochaine », annonce Aymeric Libeau.

Pour financer son développement, Transition One a lancé une levée de fonds de 8 M€ qui se débloquera par paliers. La jeune entreprise bénéficie du partenariat de CarStudio, la filiale technologie et innovation du puissant groupe Mobivia, lequel détient les enseignes Norauto, A.T.U, Midas et Carter-Cash, soit 2 085 implantations dans 19 pays. La route pourrait bien se dégager très largement pour Transition One !

Par Bruno Goupille

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur email
Envoyer à un ami
Partager sur linkedin
LinkedIn