Cliquez iciCliquez iciCliquez ici

Simple Maps, l’application de consommation locale éco-citoyenne

Stephane-Grandjean-Simple-Maps

Le tourangeau Stéphane Grandjean, 38 ans, a fondé Simple Maps dont le siège est à Bourges (Cher).

 

Ayant son siège à Bourges et conçue par un tourangeau, l’application Simple Maps recense les commerces et services de proximité en ajoutant une dimension éco-citoyenne. Commerçants et clients vertueux sont récompensés.

Pour le lancement de son application Simple Maps, fin juillet, Stéphane Grandjean avait mis les petits plats dans les grands. Au propre comme au figuré puisque le chef cuisinier Thierry Marx faisait partie des parrains de l’évènement tout comme Francis Palombi, le président de la confédération des Commerçants de France, André Laignel, maire d’Issoudun et vice-président de l’Association des Maires de France, ou encore Stéphane Layani, le patron du marché de Rungis. Un casting renforcé par de multiples autres intervenants lors d’une visioconférence de presse à rallonge qui marquait la mise à disposition de l’application sur les sites de téléchargement.

Difficile de résumer en quelques mots le positionnement de Simple Maps. Elle se veut citoyenne et éco-responsable, ou bien encore locale et ludique. Il s’agit en fait d’une application de géolocalisation qui permet de repérer autour de soi les commerces et artisans, mais aussi les services des collectivités locales, les associations et de multiples centres d’intérêt. A cette cartographie de proximité, Simple Maps ajoute une dimension éco-citoyenne qui fait son originalité. En s’engageant à respecter des gestes de préservation de l’environnement (zéro déchet, circuit court, maîtrise de l’énergie …etc.), le commerçant bénéficiera d’une visibilité renforcée et le consommateur de réductions. Une mécanique sans doute complexe à mettre en place et faire vivre mais que la maîtrise du « big data » devrait favoriser.

Testé au Canada

« Il s’agit d’un outil de valorisation des territoires dans toutes leurs dimensions qui doit amener les consommateurs et les acteurs locaux à un comportement vertueux pour la planète », estime Stéphane Grandjean. Domicilié à Tours et âgé de 38 ans, le fondateur de Simple Maps a déjà testé une première version de son application à la faveur d’un séjour au Canada dans l’incubateur numérique de Montréal où il a bénéficié d’une bourse en recherche et développement.

Fidèle à l’esprit du projet, la structure porteuse de Simple Maps est une société coopérative d’intérêt collectif (SCIC) dont le siège social est à Bourges (Cher). A but non lucratif, la SCIC a pour finalité « de doter les territoires d’un outil numérique de dynamisation, d’implication citoyenne, de souveraineté numérique et de valorisation de la culture et de la biodiversité ».

Son modèle économique repose sur une participation financière des commerces et des collectivités locales qui adhèrent au dispositif. Pour intégrer la plateforme numérique, les collectivités doivent acheter une licence dont le montant est proportionnel au nombre d’habitants : de 1 500 € pour les moins de 10 000 habitants à un maximum de 45 000 € pour les plus de 250 000 habitants.

Le Centre-Val de Loire comme prescripteur

Pour leur part, les commerçants peuvent également acquérir une licence de 700 € HT par an leur donnant une visibilité complète et l’accès aux données numériques les concernant. Par défaut néanmoins, plus de 600 000 commerces et points d’intérêt du territoire national figurent déjà sur Simple Maps sous une forme simplifiée.

La région Centre-Val de Loire a manifesté son intérêt pour l’application née sur ses terres. Son agence de développement économique, Dev’Up, va mobiliser les collectivités et les habitants pour leur faire adopter cet outil de « dynamique des territoires », selon les termes de son directeur général, Jean-Louis Garcia. Déjà une centaine de collectivités du Centre-val de Loire, regroupées en communautés de communes, ont affiché leur soutien officiel. D’autres régions comme les Hauts de France, la Normandie ou l’Ile de France sont en cours de négociation. Pour elles comme pour d’autres, il va devenir important de figurer sur la carte de Simple Maps.

Par Bruno Goupille

www.simplemaps.fr

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur email
Envoyer à un ami
Partager sur linkedin
LinkedIn