Salles d’escalade en région Centre : un phénomène qui grimpe

Guillaume Gomez, gérant de la salle d’escalade Climb’Up à Saran (45), et son équipe dans la partie blocs.

Le lieu où l’on pratique l’escalade, nouveau sport à la mode, connaît une effervescence. Grimpeurs confirmés, passionnés, et ceux qui n’ont jamais pratiqué l’escalade, se retrouvent dans une ambiance bon enfant. Les salles d’escalade diversifient leur offre pour attirer toujours plus de nouveaux clients.

Audace, dépassement de soi, cohésion du groupe et confiance en les autres : voici tout ce dont un grimpeur doit faire preuve lorsqu’il pratique l’escalade. Guillaume Gomez est le gérant de la salle Climb’Up à Saran (45) depuis son ouverture en août 2011. Initialement, cette salle était équipée uniquement de la partie « voies ». La voie fonctionne par binôme : le grimpeur est attaché à une corde et l’assureur garantit la sécurité du grimpeur. Selon Guillaume Gomez, « l’escalade par voie nécessite un partage, une complicité et une certaine fusion entre le grimpeur et l’assureur ». Sa salle d’escalade est composée de cinquante voies et atteint les quinze mètres de haut, ce qui en fait la plus grande salle d’escalade du Loiret. La partie « blocs », ouverte depuis septembre 2020 est moins haute et ne nécessite pas de corde ou d’assureur. Les parties voies et blocs sont elles-mêmes divisées selon le niveau de difficulté grâce à la couleur des prises, allant du jaune pour le parcours le plus facile au blanc pour le plus difficile.

Sécuriser et fidéliser.

Salariés et intervenants extérieurs indépendants participent à « l’ouverture » qui désigne la modification des parcours. L’objectif principal est de fidéliser les grimpeurs confirmés. Tous les quinze jours, un ou plusieurs secteurs de la partie blocs sont modifiés à l’aide d’échelles. Une nacelle est nécessaire pour les voies. Pour des raisons de sécurité, les prises de couleur sont changées tous les sept ou huit ans et les cordes utilisées dans les voies sont changées tous les ans. Tout moniteur d’escalade doit détenir un diplôme d’Etat de la jeunesse et des sports lui permettant d’exercer son métier. Climb’Up emploie quatre salariés à plein temps dont trois moniteurs et un apprenti en licence de sciences et techniques des activités physiques et sportives (STAPS). Guillaume Gomez cherche à recruter, notamment pour encadrer les cours. L’équipe accueille jusqu’à 200 personnes par jour. Entre 50 et 80 personnes peuvent pratiquer l’escalade en même temps. La salle d’escalade vise une clientèle principalement composée d’adolescents et de jeunes adultes.

Joyeux anniversaire !

Funny Climb, inauguré en 2016, allie escalade et jeux ludiques. Cette partie de la salle saranaise est destinée aux enfants dès quatre ans. Elle est équipée d’un mur d’escalade de huit mètres de haut et de tours infernales allant de cinq à huit mètres de haut. Elle ne peut pas accueillir plus de douze enfants à la fois pendant des sessions d’une heure.  La « baby escalade », accessible aux enfants dès trois ans, est encadrée par un moniteur spécialisé. La salle d’escalade organise aussi des goûters anniversaires à thèmes au cours desquels parents et enfants peuvent se dépenser et s’amuser.

Par Maxence Yvernault

Funny Climb, destiné aux enfants

La partie voies

Les salles d’escalade dans la région Centre-Val-de-Loire.

Au total, les adeptes d’escalade peuvent se rendre dans huit salles dans la région. En Indre-et-Loire, trois salles d’escalade se font concurrence dans l’agglomération tourangelle. La première, Touraine Escalade, se trouve au sud de la ville. Les deux autres, Block’Out et Arkose, se situent au nord. Dans le Loiret, la salle d’escalade Climb’Up se trouve à seulement deux kilomètres d’une autre salle d’escalade, Hapik. À Blois, le Complexe Sportif Tabarly est le seul établissement dans le Loir-et-Cher à proposer de l’escalade.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur email
Envoyer à un ami
Partager sur linkedin
LinkedIn