Cliquez iciCliquez iciCliquez ici

Questions à Virginie Coppens-Ménager, directrice régionale de Pôle emploi

Virginie Coppens-Ménager, directrice régionale de Pôle Emploi Centre-Val de Loire

L’Epicentre : Comment percevez-vous la rentrée de l’emploi en ce mois de septembre ?

Virginie Coppens-Ménager : « Dynamique en matière de recrutement, si l’on en croit l’enquête BMO, besoin en main d’œuvre, qui annonce pour notre région 82.216 intentions de recrutement en 2021 soit 3,7% de plus qu’en 2019 (bien sûr, on ne retient pas 2020 en référence). Hôtels, cafés et restaurants ont eu un besoin criant dès l’été, et ont entamé les recherches de salariés dès le mois de juin. Près de 10% des postes confiés à Pôle Emploi sont des CDD ou des CDI de plus de 6 mois, donc des emplois durables. »

Idem dans le bâtiment ?

« Oui, les besoins y ont progressé de 35%. C’est l’un des cinq secteurs que priorise Pôle Emploi, avec ceux qui recrutent le plus, à savoir le service aux particuliers 36%, et aux entreprises 21%. Pour l’industrie, notre région est un peu au-dessus du national, avec 12% des intentions de recrutement. » Ce sont les PME et TPE qui recruteront majoritairement. Le secteur le plus en tension reste la construction, suivi des services aux entreprises et aux particuliers. 52,5% des dirigeants de ces secteurs craignent en effet d’avoir du mal à trouver. C’est toutefois 6% de moins que les années précédentes.

 

« Ce sont les PME et TPE qui recruteront majoritairement »

Comment agit Pôle Emploi ?

« En jouant le rôle d’accélérateur du recrutement. Souvent, les PME et TPE n’ont pas de service RH, et sont confrontées à des difficultés de recrutement qu’elles ne connaissaient pas. Pôle Emploi traite le sujet en mode filières : BTP, hôtels-cafés-restaurants, les métiers du sanitaire (dans le cadre du plan grand âge), l’industrie (avec un zoom sur le nucléaire et le grand carénage), et le transport-logistique en intégrant bien sûr le e-commerce. »

Comment expliquer que tant d’offres d’emploi ne trouvent pas de candidats ?

Le contexte est tel que c’est maintenant aux employeurs de montrer l’attractivité de leur secteur. Le rapport de l’offre et de la demande s’est inversé ! Plus que jamais, la bataille des compétences est au centre de tout. L’entreprise doit parfaitement décrire celles qui lui sont indispensables et non celles dont elle rêve. Elle doit analyser la cohérence et la répartition de ce dont elle dispose en interne avant d’embaucher. Savoir se réinterroger pour voir l’indispensable.

Pôle Emploi travaille l’écart entre les compétences attendues et celle détenues par les demandeurs d’emploi. La formation est une réponse pour réduire l’écart. Mais un tiers seulement des demandeurs d’emploi et des salariés utilisent leur compte personnel de formation.

Propos recueillis par Stéphane de Laage

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur email
Envoyer à un ami
Partager sur linkedin
LinkedIn