Perspectives économiques 2021 : « Le tissu économique régional va continuer à se transformer »

Business theme, internet online shopping concept, shopping delivery, shopping cart carry shopping mail box and blur background of shopping bag and open laptop
Jean Louis Garcia
Jean-Louis Garcia dirige l’agence de développement économique du Centre-Val de Loire, Dev’Up.

 

Les bases industrielles solides

À l’exception des secteurs de l’automobile et de l’aéronautique qui continuent de souffrir des effets des confinements, les bases industrielles régionales demeurent solides. Globalement, l’industrie est engagée dans un processus de robotisation et de digitalisation sur le long terme.

La prise en compte de la réduction de l’empreinte environnementale est devenue un sujet à part entière et n’est plus considérée comme accessoire. Les dirigeants se préoccupent réellement de leur Responsabilité Sociétale et Environnementale (RSE).

 

Les secteurs porteurs

L’industrie pharmaceutique et celle des équipements médicaux restent porteuses en terme d’emploi, tout comme l’agroalimentaire même s’il reste contrasté avec les difficultés de la restauration collective. Des besoins émergent autour de l’extraction végétale.

Dans le domaine énergétique, le développement de la filière de l’hydrogène et les travaux du grand carénage des quatre centrales nucléaires donnent de la perspective sur le très long terme. De la même manière, la transition énergétique va fournir du travail durable au secteur du bâtiment et des travaux publics.

La forte progression du e-commerce favorise notre filière logistique régionale qui s’étoffe régulièrement.

Le sud de la région, même s’il bénéficie moins de la proximité de l’Île de France profite de la croissance de l’industrie de l’armement et porte de beaux projets dans la maroquinerie de luxe.

Relocalisation et attractivité

Dev’Up suit une vingtaine de projets de relocalisation d’activités industrielles qui pourraient profiter à la région dans les secteurs de la santé, de l’agroalimentaire et de l’automobile. Mais certains grands donneurs d’ordre continuent à privilégier le low-cost.

La restructuration de certains groupes pourrait profiter à la région, mais aussi lui nuire… Le Centre-Val de Loire a une carte importante à jouer pour attirer des entreprises de services désireuses de quitter les grandes cités. Nous avons plusieurs projets à finaliser pour le début de l’année.

Préserver l’emploi

Des inquiétudes demeurent néanmoins quant aux effets de la pandémie sur l’emploi dans les filières de l’automobile et de l’aéronautique. Nous travaillons avec l’Etat sur des dispositifs de reconversion proposés de façon préventive de façon à éviter un passage par Pôle Emploi et repartir sur des compétences proches.

Propos recueillis par Bruno Goupille.

 

Résilience et menaces sur le front de l’emploi

Les mesures gouvernementales ont limité le recours au chômage, mais l’aéronautique et l’automobile pourraient réduire leurs effectifs en 2021.

Situation très contrastée sur le front de l’emploi régional. « Il y a eu un redémarrage important des offres d’emploi à partir du troisième trimestre pour des postes en CDI majoritairement », constate Véronique Bonraisin, directrice de la stratégie et des relations extérieures à Pôle Emploi Centre-Val de Loire. « Dans le même temps, le taux de chômage progresse moins rapidement en Centre-Val de Loire ( + 1,5% sur un an) qu’au niveau national (+ 4,7%) mais en touchant plus fortement les jeunes (+ 5,3%) », souligne-t-elle en redoutant que la tendance ne s’aggrave en 2021.

Lors d’un point de conjoncture, le 17 décembre, associant l’INSEE, la Banque de France et la Direccte, il a été souligné que le retour à une situation économique d’avant crise demanderait sans doute deux années.

Pierre Garcia, directeur de la Direccte, a indiqué que 71 PSE (Plan de Sauvegarde de l’Emploi) avaient été mis en place concernant 1 259 emplois et que d’autres allaient se déclencher en 2021, principalement dans l’aéronautique et l’automobile.

Le commissaire aux restructurations et à la prévention des difficultés des entreprises, Emmanuel Lemaux, pressent une vague de défaillances qui pourrait déborder un « mur de dettes » infranchissable pour nombre d’entreprises.

Sur l’agenda 2021 de Pôle-Emploi

  • 25 au 29 janvier: semaine des métiers du numérique dans les agences et chez les partenaires de Pole Emploi
  • 8 au 12 février : semaine des métiers du bâtiment et des travaux publics.
  • 22 au 27 mars : semaine des métiers de la santé et du soin
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur email
Envoyer à un ami
Partager sur linkedin
LinkedIn