Cliquez iciCliquez iciCliquez ici

Makers-37, des bénévoles au service des soignants

©Makers 37

L’imprimante 3D qui a permis de produire plus de 5000 visières. © Photo Makers 37

Pour équiper les soignants et les personnels du monde médico-social, le collectif Makers-37 a déjà produit plus de 5 000 visières grâce à l’impression 3D. Récit d’une folle aventure, avant tout humaine.

Tout a commencé avec un partage. Alors que le monde tourne au ralenti depuis déjà quelques semaines, Marc Eftimakis, chef de projet en informatique électronique, télétravaille comme beaucoup de Français. Un de ses amis lui envoie un article sur les masques de plongée Decathlon, utilisés par une poignée de médecins italiens comme masques filtrants après quelques ajustements. L’idée, par son aspect aussi loufoque et génial, lui plaît. « Je me suis renseigné auprès d’amis soignants… Certains y croyaient ! »

Pourquoi ne pas essayer d’en fabriquer, dans ce cas ? Il se rapproche d’un magasin Decathlon, qui propose de faire don de la cinquantaine de masques encore en stock au CHRU dans le cas où ces derniers remplissent leur fonction de masque filtrants, ou à oxygène. Il contacte le service de réanimation neurochirurgie de Bretonneau, et constate que le projet intéresse. Puis la graine d’idée germe en projet, et tout s’accélère. Un groupe est créé sur Discord, que rejoignent très vite des personnels médicaux, des printers, des ingénieurs, des entrepreneurs… finalement « un peu tous les profils, réunis par l’envie de protéger les soignants ».

Un autre collectif d’une dizaine de personnes qui a déjà identifié un modèle, non pas de masque, mais de visière adaptée à l’usage en milieu hospitalier, rejoint l’initiative citoyenne. À partir de leur travail, un processus de production grâce à l’impression 3D de visières aux normes et validées par le personnel soignant est mis en place. L’objectif ? Imprimer, assembler et distribuer gratuitement ces protections aux hôpitaux, aux soignants indépendants, ou encore aux EHPAD. Pari fou pour les 220 citoyens du collectif alors baptisé Makers-37, mais aussi pour Marc Eftimakis, qui n’avait encore jamais utilisé d’imprimante 3D. « J’ai juste craqué une allumette », explique-t-il, encore étonné de l’ampleur qu’a pris le projet en quelques jours seulement.

7000 € collectés, 5000 visières imprimées

 Grâce à l’argent collecté via une cagnotte Leetchi auprès des particuliers, et au soutien financier, logistique et matériel de quelques entreprises et établissements publics – Decathlon bien sûr, dont les masques ont été transformés en masques filtrants pour la clinique de l’Alliance et l’hôpital Bretonneau, mais aussi Mutex, Harmonie Medical Service, Bruneau, Davoise, Lyeco, Carambelle, BureauVallée-Exacompta, Cultura, le Funlab, ou encore l’université de Tours via la filière GEII de l’IUT et Polytech) le collectif achète de la matière. Une salle de conférence est mise à disposition gratuitement dans les locaux de l’espace de coworking HQ, afin de désinfecter, d’assembler et d’emballer les visières avant de les distribuer.

L’organisation permet aussi aux participants de se conformer aux mesures de confinement. Comme pour tous les Français, le mot d’ordre est « restez chez vous », donc « imprimez de chez vous ». Seuls les collecteurs-livreurs se déplacent, et les assembleurs qui se rendent au HQ travaillent en duo, formés par des personnes confinées ensemble. Grâce aux efforts et à la disponibilité de chacun, le nombre de visières produites et distribuées augmente de manière exponentielle : « Nous devrions approcher les 10 000 visières d’ici 2 semaines », estime Marc Eftimakis, ajoutant que Makers-37 s’est fixé comme limite de n’équiper que les personnels soignants ou du monde médico-social, pas les entreprises ni les administrations.

En toile de fond, il y a « beaucoup d’échanges et de partage » entre des citoyens venus de tous horizons, qui au-delà du grand barbecue tant fantasmé qui signera la fin de la crise, sont rassemblés par leur immense gratitude à l’égard de ceux qui oeuvrent quotidiennement pour combattre l’épidémie. Car comme le rappelle l’initiateur du projet, « Ce sont eux les héros ! ».

Par Juliette Lécureuil

©Makers 37

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur email
Envoyer à un ami
Partager sur linkedin
LinkedIn