Cliquez iciCliquez iciCliquez ici

Les vignerons en biodynamie se rassemblent dans le Val de Loire

biodyvin

Salon de dégustation Biodyvin au Domaine des Huards à Cour-Cheverny (41) © photo L’Épicentre

Né en 1995, le Syndicat International des Vignerons en Culture Bio-Dynamique (SYVCBD), rassemble aujourd’hui près de 160 domaines en France mais également en Allemagne, en Italie, au Portugal, en Suisse et en Espagne. Les vignerons qui y adhérent signent leur pratique culturale et œnologique en biodynamie, à travers le label Biodyvin. Ils se sont rassemblés à Cour-Cheverny (41) dans le Val de Loire, pour leur Assemblée Générale suivie d’un grand salon de dégustation.

L’agriculture biodynamique est une forme d’agriculture biologique qui considère la Terre comme un écosystème vivant. Elle prend également en compte, dans la mesure du possible, les cycles qui rythment la vie de la Terre (cycles solaires et lunaires par exemple) pour optimiser les travaux agricoles et la qualité des produits (conservation notamment).

Elle n’exige donc pas seulement l’abandon des produits chimiques mais demande également à « comprendre le végétal » comme l’explique Olivier Humbrecht, président du SYVCBD, et vigneron en Alsace. Les vendanges se font ainsi le plus souvent à la main, même si pour certains terroirs, la machine est autorisée.

La viticulture est le secteur agricole au sein duquel la biodynamie connait la plus forte croissance à ce jour. Pour pratiquer la biodynamie en viticulture, il faut avoir au moins deux millésimes pratiqués en conversion biologique. Tous les domaines du Syndicat, sont ainsi certifiés en Agriculture Biologique (AB).

Ensuite il y a des techniques bien spécifiques : l’application des préparations biodynamiques avec la bouse de corne à destination du sol, la silice de corne à destination des plantes, le compost avec les préparations qui lui sont spécifiques, le respect des cycles naturels, et la notion du domaine agricole comme une entité invitant à une conscience accrue du paysage et de la diversité animale et végétale.

Parallèlement au label Demeter qui concerne l’ensemble de l’agriculture pratiquée en biodynamie, le label Biodyvin, qui concerne uniquement la viticulture, rassemble une centaine de vignerons désireux de partager leur pratique de la biodynamie. L’obtention du Label intervient suite à un contrôle d’Ecocert. Chaque année, une dizaine de vignerons obtiennent le label (12 nouvelles certifications en 2019). Démarche exigeante, l’obtention de Biodyvin, est accordée en moyenne à un tiers des candidatures.

 

gendrier domaine des huards

Michel et Alexandre Gendrier, du Domaine des Huards à Cour-Cheverny (41) – © photo L’Épicentre

Dégustation professionnelle au Domaine des Huards à Cour-Cheverny (41)

Les vignerons du SYVCBD se rassemblent plusieurs fois par an, pour partager leurs pratiques et expériences, et les faire découvrir au public. En janvier, c’est au Domaine des Huards, à Cour-Cheverny qu’ils ont organisé leur Assemblée Générale, suivie d’un salon de dégustation professionnelle.

Venus de toute la France mais également, de Suisse et d’Italie, le Syndicat s’est réuni chez Michel Gendrier, président de l’AOC Cheverny et Cour-Cheverny et certifié Biodyvin depuis une dizaine d’années « par conviction et pas par opportunisme puisqu’en réalité, je pratique la biodynamie dans mes vignes et dans mon chai depuis 1998 ».

Dans la Vallée de la Loire, ils sont une dizaine de vignerons à être certifiés Biodyvin à l’instar de François Chidaine à Montlouis-sur-Loire (37), du Domaine Huet à Vouvray (37) ou encore de Frédéric Mabileau à Saint-Nicolas-de-Bourgueil (37).

Pour en savoir plus sur la démarche et les vignerons certifiés dans la région : www.biodyvin.com

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur email
Envoyer à un ami
Partager sur linkedin
LinkedIn