Cliquez iciCliquez iciCliquez ici

Les P’tites Terrasses, le restaurant qui anime Saint-Patrice

P'tites Terrasses

Repris il y a 6 ans par Florent Mounier, alors jeune cuisinier de 23 ans, le restaurant Les P’tites Terrasses propose une cuisine de produits frais et locaux à un prix très accessible. Retour sur une reprise réussie, qui dynamise le territoire de la Communauté de communes Touraine Ouest Val de Loire.

On y mange, mais pas seulement. Dans son bar-restaurant multi-services, Florent Mounier propose aux habitants de Saint-Patrice de déjeuner ou de dîner du mercredi au dimanche, mais aussi de récupérer leur baguette, de déposer leur courrier ou encore d’acheter le journal local, Les P’tites Terrasses étant dépôt de pain et relai de Poste. Pour le natif de la commune limitrophe de Restigné, la reprise du bail commercial appartenant à la Communauté de communes Touraine Ouest Val de Loire n’était pas prévue. « Il y a eu une opportunité et je l’ai saisie », raconte celui qui a dû se glisser dans la peau d’un chef d’entreprise en deux temps, trois mouvements. Si tout est allé très vite, le fait de louer son local à la Com com lui a permis de bénéficier d’un aménagement de charges à ses débuts, et lui garantit aujourd’hui d’être soutenu ou de pouvoir négocier s’il devait rencontrer de gros problèmes. Une situation « plus rassurante que si c’était un bailleur privé », estime-t-il.

Dès le début, l’affaire a fonctionné, Les P’tites Terrasses séduisant pour son ambiance décontractée et sa cuisine authentique à petit prix – si le chef a commencé avec des menus à 20 € lui garantissant seulement « de faibles marges » afin de se faire connaître, il faut aujourd’hui compter 27 € pour un menu entrée + plat + dessert. « On a pas mal de vignerons du coin, qui amènent aussi leurs clients », raconte Florent Mounier en insistant sur les valeurs qu’il souhaite transmettre à ceux qui goûtent sa cuisine. Le partage, l’humilité, la qualité des produits qu’il transforme en travaillant des goûts plutôt classiques afin de ne pas les dénaturer… Mais aussi la proximité, sur laquelle il voudrait mettre l’accent ces prochaines années. Car sur les 700 habitants de Saint-Patrice, peu fréquentent l’établissement, qui fait plutôt le bonheur des habitants des autres communes du canton. Pour ces derniers, il a d’ailleurs su s’adapter pendant la période de confinement : « J’ai ouvert en tant qu’épicerie, en proposant des colis de légumes ou de viande, en faisant de la charcuterie maison », se souvient celui qui, par la force des choses, a encore découvert une nouvelle facette de son métier.

Page Facebook : Les P’tites Terrasses

Par Juliette Lécureuil

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur email
Envoyer à un ami
Partager sur linkedin
LinkedIn