Je m’en food : le concept gourmand qui met en avant des artisans locaux de l’alimentaire

je m'en food

Charlotte et Julian Legendre ©Julian Legendre  –  Eric, torréfacteur aux Halles Châtelet d’Orléans ©Charlotte Legendre

C’est aujourd’hui une histoire d’amour que nous allons vous raconter. Une histoire d’amour pour des professionnels de l’alimentaire. Parce qu’ils aiment manger, boire (avec modération), prendre un petit café en savourant un chocolat, Charlotte et Julian ont décidé de soutenir les artisans des métiers de bouche, durement touchés par la crise.

C’est qu’ils les aiment leurs restaurateurs, chocolatier, œnologue, agriculteur, boucher, torréfacteur, caviste, fromager… Ils les aiment et ils le prouvent. Charlotte et Julian ont lancé, après le second confinement, leur concept Je m’en food afin de valoriser les professionnels de l’alimentaire chez qui ils sont clients. « Nous voulions remercier tous ces artisans de la food en faisant la seule chose que nous savons faire : de la photo, du graphisme, de la communication, expose Julian. Nous voulions aider les gens que nous aimons. Ceux chez qui, en tant que couple, parents ou potes, nous nous approvisonnons. C’est quelque chose qui nous tenait à cœur. »

Passion du produit, du métier… Douze professionnels sont identifiés par nos deux épicuriens. « Ce sont des commerçants avec qui nous avons des liens, poursuit Julian. Nos commerçants coups de cœur. Ils ont tous des valeurs auxquelles nous adhérons. Nous sommes allés les voir, nous avons fait des photos, des interviews. Ce sont de belles histoires. Celles de petits commerçants qui font bien leur travail. »

Des adresses gourmandes incontournables

Je m’en food, qui se présente sous forme d’un site internet, www.jemenfood.com, et d’un dépliant papier distribué dans les boutiques orléanaises, ne met pas en avant que de nouvelles adresses : « Nous avons aussi choisi de mettre à l’honneur les propriétaires des établissements qui ont une histoire sur Orléans. Quand on n’est pas du coin, Je m’en food peut permettre de retrouver des adresses incontournables, celles que nous aimons, que nous faisons découvrir à nos copains quand nous les recevons à la maison. C’est un peu notre empreinte locale. »

« Nous n’avions pas d’arrière-pensée, commente Charlotte. Nous voulions faire du beau, de l’utile. C’est une démarche sincère. » Sincère et humble. « Nous avons l’habitude de faire de la communication, mais pas de nous mettre en avant. Nous avons juste montré notre travail, prouvé que nous sommes capables de faire des choses. Mais nous, ce que nous voulons, c’était faire parler d’eux ! » Et ça marche ! La machine médiatique et les réseaux sociaux s’emballent, s’enthousiasment pour ce concept original. « Nous avons eu de super retours. Nous n’avions pas prévu que les gens adhèrent autant à la marque Je m’en food. »

Et le numéro #2 de ce projet trimestriel est déjà sur les rails ! « Il y a plein d’autres artisans que nous aimerions mettre à l’honneur ! », s’enflamme le couple. La suite au mois de mars, donc !

https://www.jemenfood.com/orleans

Par Estelle Cuiry

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur email
Envoyer à un ami
Partager sur linkedin
LinkedIn