Cliquez iciCliquez iciCliquez ici

Climat, énergie : la COP régionale passe à l’action

C’est le défi des défis, disent certains. Le réchauffement climatique n’est plus une vue de l’esprit. Il y a un mur devant nous et le GIEC appelle à une mobilisation générale ». La région Centre-Val de Loire s’est saisie de la question et fait du développement durable au sens large, l’une de ses priorités. Chef de file politique, elle a initié sa COP régionale, et donne depuis deux ans la direction à suivre sur le territoire. Pour décliner les initiatives, appliquer les projets, financer les ambitions, elle a fait alliance avec tous les acteurs de terrain que sont l’ADEME, les associations, les entreprises, la Banque des territoires, WWF et bien d’autres.

L’objectif est clair : donner le ton, inciter et encourager tout ce qui peut infléchir la courbe des gaz à effet de serre et réduire la précarité énergétique.

Une action à 360° qui veut interpeller chacun d’entre nous : citoyens, chefs d’entreprises, élus ou acteurs associatifs.

Comment fait-elle ? Avec quels résultats ?

Souvenons-nous, à l’issue de la COP 21, 21ème Conférence of the Parties, 195 pays adoptaient à l’unanimité l’Accord de Paris, s’engageant à contenir l’élévation de la température moyenne de la planète, en-dessous d’un seuil jugé admissible par les scientifiques. Chaque année, une nouvelle COP internationale sur le changement climatique débat des moyens engagés et partage les avancées.

En 2018, Charles Fournier, vice-président du Conseil régional, propose au président François Bonneau, de décliner l’engagement national en Région. S’inspirant de ce qui germait en la métropole de Rouen et de la Breitz COP, ils ont fait naître cette COP Régionale, qui fut officialisée en 2019, il y a tout juste deux ans.

La COP régionale Centre-Val de Loire s’inspire de ce même principe. Engager et comparer pour avancer. Le processus, initié par le Conseil Régional, se veut participatif, et vise à simplifier, accélérer et massifier le passage à l’acte nécessaire pour atteindre des objectifs Climat Energie du SRADDET, le Schéma régional d’aménagement, de développement durable et d’égalité des territoires. La COP vise ainsi l’implication de tous les acteurs de la région face au défi climatique, maintenant et sur le long-terme.

La convergence est possible

François Bonneau est président du Conseil régional. « Tous les leviers sont dans les mains des conseillers régionaux, dit-il. Pour accompagner l’industrie, l’habitat, l’agriculture comme le transport, dès lors que ce sont des budgets régionaux, l’hémicycle vote et décide des conditions d’utilisation de ces fonds ».

Et c’est bien ce qui se passe aujourd’hui depuis 2017, lorsqu’ont été institués les CRST, Contrats Régionaux de Solidarité Territoriale, leur financement a été conditionné à ce que 15% des budgets octroyés par la Région soient dédiés à la prise en compte de la préservation de l’environnement. « Cette orientation n’était pas évidente, se souvient François Bonneau, et bon nombre d’élus m’en ont fait le reproche ». Et pour cause puisque ces 15% ont, dans un premier temps, été considérés comme une dépense supplémentaire, voire inutile. Au point que certains élus ne savaient pas comment les utiliser. « Ce n’est plus le cas aujourd’hui. L’environnement est devenu une évidence pour tous », se réjouit le président. Partout, dans les projets de construction du patrimoine local, se trouve de la géothermie, du photovoltaïque ou un système efficient d’isolation. Sur le même principe de contrainte (ou d’incitation, c’est selon), certains budgets qui financent des travaux d’aménagement, sont conditionnés par le recours à des chantiers solidaires pour l’intégration de jeunes en situation précaire.

À en croire le président Bonneau, la contrainte a parfois du bon. « Voyez l’insistance avec laquelle la Région veut déployer le fret ferroviaire. Nombreux sont les détracteurs, et pourtant, c’est autant de camions en moins sur les routes, autant de routes abîmées qui ne sont plus à refaire sans cesse et autant de gazs à effet de serre économisés. Idem pour le transport scolaire gratuit. La décision n’est pas électoraliste, elle serait plutôt courageuse ».

À l’heure des robots, de l’industrie 4.0, de l’intelligence artificielle et des biotechnologies, la Région veut impliquer les entreprises au premier chef. Certaines saisissent l’occasion pour reconsidérer leur fonctionnement, jusqu’à réorganiser leur approvisionnement en matières premières et revenir produire sur le territoire français. C’est ce que l’on appelle la « relocalisation », que certains jugent peu probables. « S’il s’agit simplement de rapatrier une production du Cambodge vers la France, aucune chance que le produit fini soit compétitif, convient François Bonneau. Mais si vous considérez que les nouveaux process aident à produire plus vite, plus propre et plus intelligemment, alors oui, on sort de la performance économique court-termiste, et là ça devient intéressant ». Au nom de la RSE, les entreprises se challengent les unes les autres, et s’imposent des règles nouvelles, regardant d’où viennent les approvisionnements et quelles sont les conditions humaines et techniques de production. Sur ce principe d’une production équitable et durable, la nouvelle marque agroalimentaire ©duCentre remporte un franc succès auprès des artisans et des industriels qui voient là aussi l’occasion de se démarquer.

Il en va de leur intelligence entrepreneuriale et donc de leur image. Certains n’ont d’ailleurs pas attendu la COP pour cela. La laiterie de St Denis de l’Hôtel négocie actuellement avec les agriculteurs français, pour une production locale de protéines. Elle construit une nouvelle usine d’extraction de protéines végétales. 35M€ investis et 30 emplois créés. Elle produira en outre des jus végétaux à base de quinoa, de riz, soja, avoine ou épeautre, dans l’idée de limiter l’usage de protéines carnées.

Heureux d’observer la convergence de point de vue, François Bonneau voulait aller plus loin : « La COP21 a montré qu’une convergence est possible à l’échelle des pays signataires. Il faut que ça le soit aussi à l’échelle plus locale. Tout cela ne fonctionne en effet que si l’on passe de l’ambition – et celle-ci est planétaire – à l’appropriation ». D’où l’idée de faire se rencontrer les élus et les acteurs économiques régionaux. Très vite il a fallu décliner sur le terrain la production d’énergies alternatives, la performance énergétique des bâtiments, l’économie circulaire, et bien sûr les circuits financiers pour créer des effets de levier et démultiplier l’efficacité des projets.

Le bouillonnement de la COP

Charles Fournier, vice-président de la Région Centre, délégué à la transition écologique.

S’il n’est pas « l’inventeur » de cette COP Régionale, il en est du moins l’initiateur sur notre territoire. « La démission de Nicolas Hulot n’est pas étrangère à la création de cette COP régionale, convient-il. Ce que l’on fait, c’est bien, mais il faut aller plus loin encore. Il fallait mettre toutes les parties prenantes autour de la table. Accélérer le passage à l’acte et forger les méthodes. Les bâtiments BBC et l’usage du vélo, c’est bien, mais on peut faire plus. On a besoin des acteurs publics, des collectivités et de l’Etat, des entreprises : PME, PMI, et ETI, des banques et des acteurs financiers en général. Ajoutons les acteurs du changement : culture et éducation, les citoyens individuellement ».

Il faut aussi expliquer et donc mobiliser pour aider à comprendre. Le travail d’éducation populaire s’est ainsi construit au travers de réunions publiques et de séminaires. Plus de 120 communications pour alimenter la connaissance collective. Plus de 315 acteurs ont été labellisés pour relayer l’information et sensibiliser à la cause environnementale. C’est le cas dans cette déchetterie du Loiret où les citoyens, comme les salariés, sont informés des bienfaits de leurs actions et des avancées en général.

En mars dernier, des ateliers « Cap sur la COP », ont été organisés en visio et dans les territoires, avec des thématiques très diverses : « comment financer mon projet » ? « Climat et genre », « la biodiversité dans l’habitat ».

« Jusqu’à 400 personnes y ont pris part, se félicite Charles Fournier : jeunes engagés, élus, chefs d’entreprises. Ça a déclenché de la curiosité. Le covid nous a bousculés ; on se réorganise en fonction de la crise et l’écho est très favorable ».

Passage à l’acte, tous azimuts

« Nous recueillons chaque jour les engagements, et nous faisons le pari que la somme de ces engagements va contribuer à la mobilisation collective ».

Il s’agit de changer le process d’une entreprise pour moins polluer, verdir les villes, favoriser l’économie circulaire, les déplacements et l’agriculture raisonnés.

Tout cela est engagé depuis deux ans et plus. Mais un grain de sable peut compliquer les choses. Les élections municipales de 2019, déplacées au mois de juin ont fait qu’il n’y avait pas d’exécutif durant l’été ; donc un coup de frein. Les entreprises qui se sont retrouvées en difficulté à cause de la crise sanitaire, sont passées à autre chose de plus urgent.

La Région a donc fait en sorte que le fonds Renaissance abonde à hauteur de 20% les engagements des entreprises qui ont pris des engagements environnementaux.

« Il faut reconnaître les petits pas comme les grands, poursuit Charles Fournier. Si on ne le fait pas, une bonne part des activités ne seront pas résilientes. Il faut saisir l’occasion de cette crise et du plan de relance. Relocaliser, mieux produire, les écomatériaux.

Il faut organiser la filière paille, massifier des matériaux biosourcés, produire moins d’eau et de déchets ».

Charles Fournier en est convaincu : l’envie du passage à l’acte est là. « Les coûts de production, de l’énergie, de l’eau, font fléchir les marges et la valeur ajoutée. Alors, oui, les jeux de la concurrence internationale sont là, mais les chefs d’entreprises et les particuliers ont compris qu’on avait plus le choix ». On le voit, des entreprises et des EPCI demandent à coopérer pour récupérer la chaleur fatale, et partager l’énergie. C’est de l’écologie à la fois industrielle et territoriale. Exemples avec la papeterie Palm à Descartes en Indre-et-Loire qui installe des échangeurs de chaleur, ou LISI Automotive dans le Cher qui récupère, grâce à un système innovant développé avec Engie, l’équivalent de 70 % de ses besoins en chauffage.

Lucide, Charles Fournier convient aussi que « souvent, pour ces entreprises, la question est celle de l’ingénierie, des emmerdements et de la réglementation.… Il faut former les 400 développeurs économiques de la région (agents consulaires, boutiques de gestion, agents des collectivités…), qui n’avaient pas cela dans leurs gènes. Car l’apprentissage est majeur en la matière ».

La région vient de voter un dispositif d’accompagnement, de guichet d’ingénierie avec BPi, l’Agence de l’eau, Centractif, la Caisse des dépôts, et d’autres, pour accompagner les porteurs de projets.

Un incubateur COP devrait être créé pour accompagner, soutenir les stratégies de transition, faire les bilans carbone, en bref : soutenir les stratégies de changement.

Dossier complet réalisé par Stéphane de Laage, à retrouver en intégralité dans nos éditions pdf. 
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur email
Envoyer à un ami
Partager sur linkedin
LinkedIn