Cave à vins à Salbris : quand le bon vin est bio

Brahim Haiounani, propriétaire de La cave se rebiffe.

Une cave à vins et épicerie fine, La cave se rebiffe, a ouvert ses portes en mai dernier à Salbris (41). La majorité des vins proposés par son propriétaire, Brahim Haiounani, sont des vins bio ou en biodynamie. Le caviste propose environ 270 références de vins dans sa boutique.

Brahim Haiounani, musicien professionnel passionné de vins, a l’idée de monter cette cave à vins pendant les confinements successifs, à une période où il ne pouvait plus exercer son métier. Seulement trois à quatre mois ont été nécessaires pour créer son entreprise. La recherche d’un local, la réflexion sur la décoration et la sélection des vins ont commencé au mois de décembre 2020. Le chef d’entreprise a suivi un stage de deux semaines, à Blois, afin d’être accompagné dans la création de son entreprise. « Les journées étaient chargées pendant cette période. Aujourd’hui, je suis content car les clients et le chiffre d’affaires sont au rendez-vous » se félicite l’entrepreneur.

Partage et convivialité.

Le caviste a décidé de s’installer à Salbris car c’est dans cette commune qu’il habite depuis 2004, et qu’il n’y existe pas encore de commerce de ce type. La boutique vise une clientèle assez large : les habitants de Salbris, mais aussi ceux du Loir-et-Cher et de la région Centre-Val-de-Loire. « Le bouche à oreille fonctionne et je propose une bouteille de vin pour tous les budgets. Ma bouteille premier prix est à sept euros » affirme le caviste. La vente est axée sur la dégustation des vins. Alors que la concurrence ne propose pas toujours cette dégustation, Brahim Haiounani se démarque. Il achète des échantillons de vins aux vignerons et investit de l’argent sur les bouteilles utilisées pour la dégustation. Cette dégustation ajoute un aspect convivial à la vente de vins et créé un lien, un moment d’échange et de partage entre le caviste et le client.

Le chef d’entreprise connaît la façon de travailler des vignerons auprès desquels il s’approvisionne. Il rencontre toujours le vigneron avant de décider de lui acheter ou non du vin. Le caviste participe également à des salons spécialisés. Il sélectionne toujours les vins qu’il va vendre dans sa boutique en les goûtant. Le gérant propose trois à quatre nouveaux vins par mois. La majorité des vins proposés sont produits dans la région Centre-Val-de-Loire et tous sont français.

Du bio dans son assiette…et dans son verre.

La boutique propose des vins bio contenant peu de souffre et aucun pesticide. Le caviste propose également des vins en biodynamie issus d’une vigne favorisant le travail du sol, de la faune et de la flore environnante. « Je bois du vin bio depuis 25 ans. Il exprime notre terroir…et il donne moins mal à la tête ! » plaisante le caviste. Quant à la demande des clients en la matière, le gérant est partagé : « pour certains, ça va être un argument de vente. Mais, je n’annonce pas toujours qu’un vin est bio car certains sont réticents à en acheter à cause d’une mauvaise expérience passée. » Le caviste propose une seule bouteille de vin naturel qui ne contient pas de souffre et qui n’a subi aucune intervention humaine.

La cave à vins propose également des bières artisanales ainsi qu’une partie épicerie fine. On y retrouve de l’huile d’olives, des tartinables, du saucisson, du vinaigre balsamique, des herbes aromatiques et des épices. Le gérant propose aussi des Objets Culinaires Non Identifiés (OCNI) qui sont en réalité des crayons d’assaisonnement à tailler ! Brahim Haiounani propose enfin des jus de fruits car la loi oblige toutes les caves à vins à proposer 10% de boissons sans alcool.

Par Maxence Yvernault

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. A consommer avec modération
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur email
Envoyer à un ami
Partager sur linkedin
LinkedIn