A 23 ans, elle ouvre… un bar à chats

bar à chats tours

Le quartier de la Victoire, à Tours, se dote d’un nouvel établissement pour le moins insolite : un bar à chats, salon de thé où les félins sont rois.

Originaire du Japon, le concept de bar à chats s’est popularisé en Europe. En France, on en compte déjà une cinquantaine… Et jusqu’à présent aucun à Tours. Après de longs mois de réflexion et des dizaines de visites de locaux, Ludivine Darmon, 23 ans, a décidé d’en ouvrir un, au début du mois de mars. Son idée ? Ouvrir un salon de thé partagé avec cinq à six chats abandonnés afin de les faire adopter. Les petits félins y sont logés et nourris par la jeune femme sous le statut d’une famille d’accueil avant d’être potentiellement adoptés, après validation du refuge responsable des chats, par un client. « J’ai toujours vécu avec des chats et j’ai développé un fort intérêt pour eux, raconte-t-elle. Je suis vraiment révoltée par les abandons d’animaux ! Les refuges sont débordés. » Elle a ainsi décidé d’allier la lutte contre l’abandon des animaux et son objectif depuis plusieurs années : entreprendre dans son quartier favori de Tours, celui de la Victoire.

Attention chat, ne pas réveiller

Dans l’ancien local d’Instant Boudoir, qu’elle a récemment investi, les travaux sont allés bon train. Peintures, SAS de sécurité, parcours muraux pour les chats…  La jeune entrepreneure a terminé les finitions avec l’aide d’une cinquantaine de tourangeaux, lors de chantiers participatifs, début février. « Tout est aménagé pour les chats, avec les fameux parcours muraux en bois sur les murs mais aussi des recoins dans lesquels les chats aiment se cacher, décrit Ludivine Darmon. Ils auront aussi une pièce à eux, s’ils ne sont pas d’humeur sociable. » À l’entrée, les clients doivent s’y laver les mains et enlever leurs chaussures afin d’éviter les possibles contaminations et infections. Pour les humains, les règles seront strictes, pour la sécurité des félins : interdiction de réveiller un chat ou de le forcer à faire quelque chose, interdiction de le nourrir. Les enfants devraient être autorisés sous condition. « Je veillerai à ce qu’ils n’embêtent pas les chats pour qu’il n’y ait pas d’incident », précise Ludivine.

Plus d’infos sur Facebook : Le Bar à Chats – Tours

Par Claire Seznec

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur email
Envoyer à un ami
Partager sur linkedin
LinkedIn