Nicolas Perruchot : deux ans à la tête du département

Capture d’écran 2019-09-02 à 20.39.47

Le président du Conseil départemental, Nicolas Perruchot, a fait le bilan de ses deux ans de mandat, début juillet.

Je suis satisfait de la manière dont les choses se passent car il y a une bonne entente entre les groupes de l’Union pour le Loir-et-Cher (UPLC), du Loir-et-Cher autrement (LCA) et du MoDem,la qualité des débats est bonne et nous continuons à avan- cer », explique Nicolas Perruchot avant d’ajouter : « Nous sommes l’un des rares départements à avoir cette méthode de fonctionne- ment ». Côté finances, il a annoncé « des résultats financiers encoura- geants malgré les contraintes bud- gétaires et baisse de dotations ». Pour 2018, l’excédent budgétaire est de 5,6 millions d’euros. Cepen- dant, le président du Département a insisté sur le fait que « l’équilibre budgétaire est fragile et soumis à de nombreux aléas qu’on ne contrôle pas toujours ». Des investissements importants sont prévus pour réaliser de nombreux travaux dans les col- lèges, mais aussi sur les routes. Sur ce point, le projet d’aménagement du rond-point de la Patte d’Oie, à Saint-Gervais-la-Forêt, est à l’étude. Ce sont 35 000 véhicules par jour qui passent par cet axe. Nicolas Perruchot a également réaffirmé son intention de remettre 563 km de routes départementales à 90 km/h mais la levée de la Loire, considé- rée comme une route dangereuse, restera à 80 km/h. Concernant le volet social, le président s’est réjoui que l’Etat reprenne à sa charge le paiement du Revenu de solidarité active (RSA). Cependant, il craint qu’il retire aussi la taxe foncière, soit 83,5 millions d’euros de recettes en moins pour le Département. « Dans ce cas, nous réclamerons comme compensation une partie de la TVA », a-t-il prévenu. Par ailleurs, il a annoncé la création d’un dis- positif en commun avec l’Indre-et- Loire et le Loiret, pour recenser les demandes d’accueil de mineurs isolés étrangers qui augmentent constamment.

Vente aux enchères pour Notre-Dame de Paris

Suite à l’incendie qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris, Nicolas Perruchot a souhaité organiser une vente aux enchères publique d’œuvres d’art. Elle se déroulera le 15 septembre à 15h à Chambord. La somme collectée, abondée par le Département, servira à acheter des matériaux afin que l’artiste blésois Goudji, qui a déjà réalisé des pièces pour la Cathédrale Notre Dame de Paris, puisse sculpter une pièce unique. La vente aux enchères a reçu le soutien de Stéphane Bern en tant que parrain et elle sera orchestrée par la maison de ventes de Maître Philippe Rouillac. Cette opération de mécénat populaire est ouverte à tous.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur email
Envoyer à un ami
Partager sur linkedin
LinkedIn