Cliquez iciCliquez iciCliquez ici

Loi AGEC 2022 : un changement méconnu

Nicolas Bénard, dirigeant de l’entreprise Débarras Pro Services et propriétaire de la boutique L’Univers Brocante à Cercottes (45).

Entrée en vigueur le 1er janvier 2022, la loi anti-gaspillage et économie circulaire ou loi AGEC interdit, à toutes les entreprises, la destruction par incinération ou la mise en décharge de leurs invendus neufs non-alimentaires. Certaines sociétés de déstockage souhaitent ainsi tirer profit de cette nouvelle loi, à l’instar de Débarras Pro Services, implantée à Cercottes (45).

Depuis le début de l’année, une entreprise ne doit plus jeter à la poubelle ses invendus, mais doit à l’inverse les donner, les réemployer, les réutiliser ou bien les recycler. En cas de non-respect de cette loi, l’établissement s’expose à une amende pouvant aller jusqu’à 15 000 euros. Les produits concernés sont notamment les meubles, les vêtements et chaussures, les livres et fournitures scolaires, les appareils électriques et électroniques, et les produits d’éveil et de loisirs.

On compte sur vous !

Selon le Ministère de la Transition Écologique, « cette mesure, qui est une première mondiale, vise à encourager le don en faveur des associations de lutte contre la précarité et des structures de l’économie sociale et solidaire. À défaut, le recyclage est encouragé. Les industriels devront ainsi mieux gérer leurs stocks afin d’éviter le surplus de production. » Avant la loi AGEC, chaque année, 630 millions d’euros d’invendus non-alimentaires étaient détruits. Concernant plus particulièrement le textile, « chaque année, entre 10 000 et 20 000 tonnes de produits textiles sont détruits en France » selon le Ministère. A travers cette interdiction, le gouvernement entend réduire le gaspillage de matières premières.

Donner une nouvelle vie aux objets neufs et inutilisés.

« Je trouve cela dommage que certaines entreprises n’aient pas entendu parler ou n’aient pas eu connaissance de l’entrée en vigueur de cette loi » explique Nicolas Bénard, dirigeant de l’entreprise Débarras Pro Services depuis 2016 et propriétaire de la boutique L’Univers Brocante depuis 2018. Celui-ci propose aux professionnels et aux particuliers un service de débarras de tous types de locaux. Il revend ensuite les produits qu’il a collecté dans sa boutique située à Cercottes (45). Aujourd’hui davantage sollicité par les particuliers, notamment pour les successions, les déménagements ou les divorces, le chef d’entreprise espère développer sa clientèle professionnelle grâce à l’entrée en vigueur de cette loi.

« Arriver au niveau zéro déchet est impossible. Mais, pourquoi détruire un objet neuf quand celui-ci est réutilisable ? » s’interroge Nicolas Bénard. Ce dernier entend perdurer dans le temps les objets qu’il récupère et limiter l’impact environnemental de nos déchets. En entrant dans une économie circulaire, il souhaite « freiner l’hémorragie du tout mettre à la poubelle pour agir en faveur du recyclage et de la revente. »

Une économie circulaire et solidaire.

Dans le cadre de son activité de débarras, Nicolas Bénard travaille régulièrement pour le Tribunal Administratif d’Orléans ainsi que pour les établissements scolaires tels que les écoles, collèges, lycées ou encore l’Université d’Orléans. Chaque semaine, entre 10 et 20m3 d’objets sont récupérés et stockés dans sa boutique de 450m². « Notre stock implose. Tout s’entasse, explique Nicolas Bénard. Nous donnons certains des meubles que nous n’arrivons pas à vendre à des associations comme la Croix Rouge ou le Secours Populaire. »

Maxence Yvernault

« Arriver au niveau zéro déchet est impossible. Mais, pourquoi détruire un objet neuf quand celui-ci est réutilisable ? »
Nicolas Bénard
Dirigeant de Débarras Pro Services
Facebook
Twitter
Envoyer à un ami
LinkedIn