Groupama Paris-Val de Loire offre 3 millions de masques à ses assurés santé

Les boîtes de 50 masques sont distribuées gracieusement aux assurés santé dans les 150 agences de Groupama Paris-Val de Loire

[Publi-Information]

Fortement engagé dans les actions solidaires contre la pandémie, l’assureur mutualiste a fait fabriquer en Touraine des masques aux composants français pour les offrir aux adhérents de son offre santé.

« Le succès de cette initiative dépasse nos espérances, annonce Eric Gelpe, le directeur général de Groupama Paris-Val de Loire. Il y a eu des files d’attente devant nos agences pour venir récupérer les boites de masques que nous offrons à nos sociétaires ». L’assureur mutualiste a, en effet, pris la décision de remettre gracieusement une boite de 50 masques chirurgicaux à chacun des titulaires de son offre santé. « Nous avons choisi d’effectuer ce geste au nom de l’intérêt général et de nos valeurs solidaires, explique Eric Gelpe. Cela s’inscrit dans le prolongement des actions que nous avons conduites dès le début de la pandémie au profit des professionnels de la santé, et de nos clients restaurateurs et commerçants ».

Des engagements multiples

Ainsi, lors du premier confinement, Groupama Paris-Val de Loire a offert un important stock d’équipements de protection aux établissements hospitalier de son territoire. Des repas ont ensuite été achetés par l’assureur à ses clients restaurateurs pour être distribués aux soignants, et pour être proposés aux sociétaires sous la forme de chèques-repas solidaires d’une valeur unitaire de 20 €. Qui plus est, les professionnels les plus touchés par les fermetures administratives ont bénéficié d’une exonération de cotisations d’assurance pendant un à trois trimestres tout en conservant leurs garanties.

« Si l’on ajoute la distribution de gel hydroalcoolique aux artisans du bâtiment et la dotation du fonds de soutien aux entreprises en difficultés ReviCentre, le total de nos engagements solidaires et de nos contributions aux dispositifs publics liés à la pandémie s’élève à 25 millions d’euros en 2020, estime Eric Gelpe. C’est l’équivalent de quasiment deux années de résultat net, mais nous pouvons consentir cet effort car nous sommes une entreprise solide et mutualiste qui n’a pas d’actionnaires à rémunérer ».

Soutien à l’économie régionale

L’opération « don de masques » a pris naissance en ce début d’année 2021 dans le but d’adresser un signe de considération à la clientèle des particuliers titulaires d’une assurance santé individuelle complémentaire. Pour Groupama Paris-Val de Loire qui rayonne sur 14 départements (Ile de France, Oise, Somme, Yonne, Loiret, Loir-et-Cher, Indre-et-Loire) depuis son siège d’Orléans, cela représente près de 90 000 personnes. A cela il faut ajouter plus de 40 000 salariés bénéficiant d’une assurance collective prise en charge par leur employeur.

« En estimant que tous les sociétaires ne seraient pas intéressés, nous avons évalué à 45 000 le nombre de boites de 50 masques que nous pourrions offrir. Et nous tenions à ce qu’il s’agisse d’une fabrication française, et même régionale si possible pour soutenir les acteurs économiques de nos territoires ».

Remboursement sur justificatif

La recherche a abouti en Indre-et-Loire, du côté de la Ville-aux-Dames, avec l’entreprise AIM France qui « cochait toutes les cases » (lire ci-dessous).

Après information des bénéficiaires, la distribution dans les 150 agences a démarré début février avec un engouement inespéré. A tel point qu’une commande de réapprovisionnement de 15.000 boîtes de 50 masques est envisagée, de sorte que la distribution devrait dépasser les 3 millions d’exemplaires.

« Même si le prix des masques a beaucoup diminué, cela reste un budget contraint et non négligeable pour beaucoup de nos clients, explique Eric Gelpe. Et pour ceux qui ne peuvent pas venir en agence, nous remboursons l’achat d’une boite de masques sur justificatif (dans la limite de 10€). Ce n’est pas pour nous une opération commerciale mais une démarche citoyenne ».

 

Fabrication 100 % française

Reconversion partielle réussie pour AIM France. Nicolas Robin, le dirigeant et fondateur de cette entreprise de fabrication de pièces mécaniques pour l’industrie basée à La Ville-aux-Dames (Indre-et-Loire) a tenté une diversification originale en avril 2020 face à la diminution de la charge de travail et à la pénurie de masques. Il a fait l’acquisition d’une ligne de fabrication de masques chirurgicaux. « Un autre métier qui nous a demandé un peu d’appropriation, explique-t-il, mais pour lequel nous avons trouvé rapidement beaucoup de clients ».
Pour la fabrication de ses masques de type 2 R à haute filtration, Nicolas Robin met un point d’honneur à n’utiliser que des matières premières françaises depuis les éléments filtrants jusqu’à la barrette nasale fabriquée dans les Vosges et la boite en carton recyclée élaborée à Saint-Amand-Montrond (Cher).
Au rythme de 85 000 masques par jour, AIM France a produit plus de 10 millions de masques, dont la belle commande de Groupama.
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur email
Envoyer à un ami
Partager sur linkedin
LinkedIn