Cliquez iciCliquez iciCliquez ici

Entreprises et gendarmerie : même combat pour la sécurité et le respect des lois

photo gendarmerie2

Il est nécessaire de rappeler régulièrement l’intérêt pour les entreprises de dialoguer avec la gendarmerie. Le 18 septembre, à l’initiative de la CPME 41, le lieutenant-colonel Guilhem Phocas, commandant du Groupement de gendarmerie de Blois, avait invité les chefs d’entreprise à dialoguer sur la thématique de la sécurité dans toutes les formes de commerces et d’entreprises.

Après une présentation des outils de terrain de la gendarmerie et la visite du centre opérationnel, l’adjudant Benoît Pyrault, référent sûreté, a détaillé les principes de prévention et les comportements à adopter en cas d’agressions ou de menaces. Premier principe posé : ne défendez jamais vos biens au péril de votre vie.

 Quelles sont les menaces

  • Les intrusions de personnes : vol à l’étalage, vol avec violences, vol à main armée, vol avec effraction ou (et) voiture bélier, vol d’informations et de données…
  • Les vols par ruse : vol au rendez-moi (à l’échange de monnaie), paiements frauduleux, fausses qualités, faux étiquetages…
  • Actes de malveillances : dégradations, tags, violences physiques, incendie criminel…

Les menaces peuvent être de natures différentes selon le lieu (zone rurale ou urbaine), le type de commerce, l’activité de l’entreprise…

Un délinquant est souvent rationnel : son objectif est d’obtenir un maximum de gains pour un risque minimum pour lui. Il peut agir avec la seule volonté de nuire, être agressif, violent et peut avoir préparé son action.

Principes de prévention

  • Prendre des mesures préventives pour dissuader et retarder l’action.
  • Réduire les effets du préjudice.

Mettre en place des dispositifs destinés à :

  • obliger le délinquant à augmenter ses efforts pour arriver à ses fins ;
  • accroître pour lui le risque d’être détecté, identifié et arrêté ;
  • diminuer son intérêt en réduisant les gains potentiels.

L’objectif

L’entreprise doit conserver une capacité à surmonter une altération de son environnement pour redémarrer son activité rapidement après la commission d’un acte de malveillance s’il n’a pu être évité.

D’une manière générale, il faut organiser une stratégie de défense par des moyens mécaniques, techniques et technologiques et par des mesures organisationnelles de vigilance.

 L’équipement

  • L’éclairage : primordial et indispensable
  • La vidéo-protection est un atout déterminant pour la dissuasion et la résolution d’affaires. La mise en place de système de vidéo-protection, dans une lieu ouvert au public, est soumis à autorisation préfectorale.
  • Les ouvertures : adaptées aux besoins
  • La visibilité : assure une réactivité accrue…

Les mesures organisationnelles et les conseils de vigilance

Sensibiliser les personnels à observer quelques règles élémentaires de précaution et limiter les pratiques et comportements à risques.

  • Soyez curieux, observez à l’intérieur comme à l’extérieur des locaux ;
  • oubliez l’idée préconçue que l’âge fait le délinquant ;
  • abandonnez les habitudes, elles n’aideront que les auteurs de méfaits ;
  • signalez vos périodes de fermetures prolongées à votre brigade de gendarmerie.

Les habitudes préventives

  • L’aménagement des lieux. Rangez vos matériels, accessoires et encombrants…
  • La manipulation des fonds. Variez vos trajets (traitement des fonds) ;
  • La prise en compte de personnes suspectes ou les faits troublants. Habituez-vous à identifier et à retenir.
  • Restez discret sur vos absences.
  • Communiquez à la gendarmerie les faits troublants. Une alerte rapide à la gendarmerie peut faire échouer une agression ou permettre une interpellation rapide des auteurs.

En présence d’individus suspects ou après une agression, prévenez ou faites prévenez la gendarmerie (composez le 17) en précisant : QUI-OU-QUAND-QUOI-COMMENT.

En cas d’agression

Observez, Notez, Donnez l’alerte… mais ne touchez à rien : les constatations (relevés d’empreintes, d’ADN, de traces…) sont absolument nécessaires à l’enquête.

Mise en place de référents sûreté

Cela recouvre l’ensemble des mesures d’urbanisme, d’architecture ou techniques visant à prévenir la commission d’actes délictueux ou à les rendre moins profitables. La nouvelle doctrine d’emploi des référents sûreté est effective depuis le 25 avril 2019.

Un cadre missionnel en entreprise

  • La consultation ;
  • le diagnostic de sûreté ;
  • l’audit de sûreté ;
  • l’étude de sûreté et de sécurité publique (ESSP) :

– par une étude sur plan ;

– par un ou plusieurs déplacements sur site ;

– par une connaissance de la délinquance.

Groupement de gendarmerie de Loir-et-Cher – Référent sûreté : adjudant Benoît Pyrault Tél. 02 54 55 14 98 benoit.pyrault@gendarmerie.interieur.gouv.fr cptm.ggd41@gendarmerie.interieur.gouv.fr

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur email
Envoyer à un ami
Partager sur linkedin
LinkedIn