Cliquez iciCliquez iciCliquez ici

Deux start-ups orléannaises ont travaillé sur le sommeil pendant le confinement

Depressed man suffering from insomnia lying in bed

Le sommeil est crucial. Il a été rudement mis à l’épreuve, parfois, pendant le confinement. Les start-ups Janasense et Psass, installées au Lab’O, se sont penchées sur la question.

A Orléans, le Lab’O regorge de start-ups et de talents. Parmi elles, Janasense et Psass travaillent ensemble depuis environ un an. La première a créé une plateforme de suivi des personnes dites vulnérables ; la seconde est spécialisée dans le sommeil (bureau d’études, formations…). Dans le cadre d’un projet européen, elles planchent sur une plateforme capable d’identifier les troubles respiratoires, les apnées du sommeil. Mais leur association s’est renforcée pendant la crise sanitaire : les deux dirigeants ont décidé de s’intéresser au sommeil pendant le confinement. « Nous avons réuni une partie du comité scientifique de Psass pour réaliser un questionnaire à diffuser en ligne, explique Ludovic Abuaf, ingénieur biomédical et fondateur de Psass. Ses résultats auront pour objectif de mieux appréhender les risques de confinement et de déconfinement sur le sommeil. » L’enquête s’est close à la fin du mois de mai avec de nombreux retours. Aujourd’hui, l’analyse de toutes ses données est en cours et doit faire l’objet d’une publication.

Identifier les troubles pour éviter les pathologies

De nombreuses questions restent donc encore en suspens : y a-t-il décalage du rythme biologique, comme lorsqu’on est en vacances et que l’organisme gère lui-même ses horaires ? Sans doute ; ce qui impacterait la reprise du travail, des études, de la vie quotidienne déconfinée. « Le stress du lieu de confinement, l’angoisse liée directement au covid-19, les informations qui tournent en boucle sur le sujet, la crainte d’une seconde vague de pandémie… On dort moins bien ou on a des difficultés à s’endormir, complète Ludovic Abuaf. Les signaux du trouble du sommeil peuvent être plus ou moins faibles. » Les identifier permet de contacter un médecin et d’éviter, à terme, des complications. Celles-ci peuvent être de différentes natures. Selon les spécialistes du sommeil, les troubles du sommeil et troubles respiratoires du sommeil peuvent développer d’autres pathologies, comme les troubles neurocognitifs, le diabète, l’hypertension.

Par Claire Seznec

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur email
Envoyer à un ami
Partager sur linkedin
LinkedIn