Cliquez iciCliquez iciCliquez ici

Budget 2023, la Région sur tous les fronts

Le 15 décembre 2022, après cinq heures de débats, les conseillers régionaux ont adopté le budget primitif de l’année 2023. Dans un contexte d’inflation qui avoisine les 6% et l’incertitude quant à l’avenir de l’économie mondiale, François Bonneau et Marc Gricourt ont pourtant défendu l’idée d’un « budget offensif ».

Développement économique, lycées, formation professionnelle, environnement, tourisme et attractivité du territoire, stratégie du numérique régional… la Région doit faire feu de tout bois. L’exécutif socialiste de la région Centre-Val de Loire présentait pour cette année 2023 un budget de 1,750 milliard d’euros.

Solidarité, transition écologique et développement économique

« Ne pas prendre le risque d’augmenter le nombre de personnes en absolue précarité », insiste le Président François Bonneau, qui rappelle en ce sens la gratuité des livres scolaires, mais aussi des transports scolaires et des jeunes de 18 à 25 ans (12 millions d’euros, 110 000 foyers aidés), et le soutien aux familles pour les cantines à partir de la rentrée de septembre. L’augmentation du ticket ne sera que de 3 % bien que l’augmentation des denrées soit estimée à + 12 %. « Il faut faire en sorte que les familles ne décrochent pas », martèle encore François Bonneau.

Pour accentuer le renfort du développement économique, création d’un CAP Transition énergétique pour les entreprises (doté de 3,5 millions d’euros) ; création aussi de l’AREC, l’Agence Régionale Energie-Climat qui accompagnera les productions et économies d’énergies. À ce propos, Florent Montillot (LR), demande « que la Région soutienne le nucléaire : Dampierre, Chinon, et Belleville notamment, ainsi que la production hydroélectrique par des barrages supplémentaires, notamment sur le Cher ».

Au chapitre de la santé, la situation de la Région doit encore s’améliorer : 182 places d’infirmières seront créées en 2023, ce qui rapprochera la Région de son objectif affiché de 1 800 postes. Idem pour les médecins salariés, 40 contrats ont été signés l’an passé, 22 autres devraient l’être en 2023. 

Nouveau hub pour le fret ferroviaire

Le ferroviaire tient une part significative du budget de la Région qui contribue à l’entretien et au redéploiement des « petites lignes », et à l’achat des nouvelles rames de TER. Cette année 2023 sera marquée par la création d’un hub ferroviaire sur l’ancienne plateforme de maintenance SNCF à Orléans. L’objectif est le transport de marchandises en direction du port du Havre. Un investissement de 10 millions d’euros, pris en charge à hauteur de 4 millions par la Région Centre, 1 million par la Normandie et 5 millions par l’État. On estime que ce hub devrait éviter quotidiennement à 172 camions d’être sur la route.

Équilibre budgétaire

Tout cela au prix d’un niveau d’emprunt de 237 millions d’euros, et d’une nouvelle capacité de remboursement de la dette qui passe à 7,6 années contre 6,2 en 2022. Ce qui fait dire l’inquiétude de l’opposition par la voix de Nicolas Forissier (UDCI) : « inquiet de l’augmentation de la dette, mais aussi de ne pas trouver d’engagement fort dans le budget qui permette d’accompagner les entreprises dans les difficultés du moment ».

Le vice-président Harold Huwart rectifie et ajoute que « la crise étant principalement liée à l’inflation énergétique, la Région concentre ses aides aux entreprises, en particulier les plus petites, qui souffrent et font le choix de l’optimisation énergétique. Par ailleurs, elle veillera pour cela à activer les fonds de garantie qu’elle a avec des partenaires comme Bpifrance ».

Au rang des recettes, la construction du budget s’appuie notamment sur un accroissement des rentrées de TVA, dans l’hypothèse selon l’INSEE, d’une augmentation de la consommation de 4 %.  En revanche, la Région inscrit une diminution de 17 millions d’euros de la recette issue des cartes grises. Bonne nouvelle en revanche : les dotations d’État, qui devaient être diminuées de 147 millions d’euros, ont été défendues par les Régions. La région Centre-Val de Loire recevra donc finalement 5 millions d’euros. Et comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, les sollicitations appuyées de la Région à Bruxelles ont permis une augmentation de 40% de fonds FEADER et FSE.

Stéphane de Laage

 

La Région a créé, fin 2022, la SAS Centre-Val de Loire Invest, qui lui permettra de s’investir financièrement dans le sauvetage d’entreprises en difficulté sur son territoire. C’est le cas de la fonderie Alvance Wheels à Châteauroux, qui fut à l’origine de cette initiative. La région investit 5 millions d’euros dans cette fabrique industrielle de jantes en aluminium, aux côtés du repreneur Saint-Jean Industries, ce qui devrait permettre de sauver une part des 260 emplois.

Facebook
Twitter
Envoyer à un ami
LinkedIn